Story Of Us

Un site utilisant unblog.fr

Chapitre 5

Classé dans : Non classé — 6 mai, 2013 @ 8:57

Je pris sur moi et appela toute ma volonté pour détourner les yeux de ceux de Wren et éloigner sa bouche de la mienne. Du bras je l’écarte de moi et me lève. En montant les escaliers j’ai vu du coin de l’œil son incompréhension face a ce qui venait de ce passé. Moi j’étais troublé mais je savais. J’arrivais dans ma chambre, ferma la porte m’allongea sur mon lit. Je ferma les yeux et compris. Je savais enfin ce que ce sentiment signifiait. je savais, et je n’en étais plus que désespérée. Je l’aimais. Je l’aimais a chaque croisement de ses yeux. mais je ne l’avais pas compris. Et j’ai fais la bêtise de me rapprocher de lui ces deux dernières semaines. A présent l’été qui me semblais si formidable devint tout a coup si long. J’allais devoir cacher a Melinda que j’aimais son copain. J’allais devoir faire tout pour rester loin de lui. J’allais vouloir sortir loin d’eux. Ils allaient me trouver bizarre. Ils allaient me demander ce que j’ai et je ne pourrait pas leur répondre. Puis me vint a l’esprit ce que Mel m’avais dit: Wren aussi avait ressenti cette sensation en plongeant ses yeux dans les miens. Je me surpris a prié pour que je me face des idées. C’était horrible. Je commençais a avoir peur de ce que Wren ressentais. je ne pouvais pas m’imaginer que si Mel et lui rompaient ce serait de ma faute. Non, je ne pouvait pas être la briseuse de couple. Je ne pouvait pas être dans un triangle amoureux avec ma sœur. je ne pouvais pas laissé notre liens être détruit pour un amour d’été. cela ne pouvait pas être entrain d’arriver. C’était impossible.

- Non, non, non ! C’est pas possible !

Je venais de le dire a voie haute et pourtant je n’avais réussi a me convaincre. J’étais amoureuse de Wren. C’était la plus douloureuse phrase que j’ai pensé de toute ma vie. Mais j’en étais sure. je l’étais que je soit d’accord avec ça ou non. Je ne pouvais rien y faire. A présent je ne faisait plus qu’une chose. Espéré que Wren ne soit pas amoureux de moi. Je ne pourrait pas supporter qu’il fasse du mal a Mel par ma faute. Je plongea dans mes pensées, voulant a tout prix trouver une solution. mais il n’y a pas de solution a ce genre de problèmes, on ne peut faire que laisser passer l’orage.

Quelques minutes plus tard on frappa a ma porte. C’était Melinda.

-Hey, on va faire des courses. je suppose que tu ne veux pas venir ?

-Parfois tu me connais si bien que ça m’insulte presque.

Elle sourira.

-Ok bon. on revient pour 16heures. Ça te laisse 4 heures pour toi.

Elle allait refermé la porte mais la rouvrit aussitôt.

-Oh et tu ne sera pas totalement toute seule. il y aura Wren avec toi. Donc évite de te faire honte a toi même. aller a tout a l’heure.

J’étais paralyser. Wren et moi, toute seuls, pendant 4heures. J’avais le choix entre ne pas sortir de ma chambre pendant 4 heures ou l’affronter lui.  Je pris la décision de me changeais et de sortir, je ferais la fête et au moins pour une nuit, oublierais. Ma robe en dentelle mise, mon maquillage fait et mes cheveux attachés, j’étais prête a partir. Soudain, la porte toqua. Je me raidis. Ça ne pouvait être qu’une seule personne. La personne que je chercher le plus a éviter. Wren.

Je me motiva.

« Aller Emma, ouvre la porte, laisse le entré, va chercher tes chaussures et ton sac. Fais comme si tout était normal. »

J’ ouvrir la porte, il se tenait là, devant moi. Toujours aussi beau, sa chemise blanche avec le deux premiers boutons de ouverts et son parcourt en jeans bleu brute. Il était irrésistible. Je me retourna pour ne pas croiser son regard. Je sentais regard me suivre.

-Tu as besoin de quelque chose ? dis-je pour arrêter de penser.

-Um oui, enfin non, enfin si. En faite j’ai une question, dit il hésitant.

-Vas y.

- Tu as sentis la même chose que moi tout a l’heure ?

Sa question me transperça. Oh non, il l’avait demandé. La seule question que j’espérais qu’il ne poserait jamais. Mon dos se redressa d’un coup. je ne savais plus quoi dire. J’étais dos a lui, pensant, sans bouger. je le sentit se rapprocher de moi. Il était juste derrière moi. je sentais son souffle sur ma nuque. je fixais le vide. Ça ne pouvait pas arriver.

 

Chapitre 5 tumblr_mhqk0ibuu71s3p4v8o1_500_large-200x300

 

 

 

Chapitre 4

Classé dans : Non classé — 5 mai, 2013 @ 4:35

Le lendemain matin, quand je me réveilla, j’étais troublé par ce dont j’avais rêvé sans savoir de quoi j’avais rêvé. Je descendis en pyjama, mon short et un t-shirt qui laissait voir le ventre. Je n’avais pas prévu que quand je descendrais en petite tenue il n’y aurait que Wren assis a table, entrain de déjeuner pour m’accueillir. J’étais mal alaise mais il était trop tard pour monter me changer. il m’avait déjà vu. En me voyant il avait arrêté de mâcher sa tartine, avait écarquillé les yeux et m’avait scruter pendant 30 longues secondes. Je fis comme si de rien était en laissé mon orgueil derrière moi. Je m’assis en face de lui et pris une tartine avec du nutella en priant pour qu’il ne parle pas. C’était raté.

-J’adore ton short, sortit il avec un sourire satisfait.

-Merci.

Il venait de me faire ravaler ma fierté. J’étais devant lui sans contre attaque en réserve. Je lisait sur son visage la satisfaction qu’il éprouvait a ce moment précis. Je fini ma tartine, me leva, débarrassa et en passant a coté de lui lui prit sa la tartine qu’il allait s’apprêter a croquer. J’entendis ses dents claquaient entre elles. Il me regarda en souriant, je mordis dans sa tartine avec un grand sourire. C’est la qu’il en conclu une chose.

-Emma ?

-Oui ?

-Tu viens de déclarer la guerre, me dit il avec joie.

-Je sais, répondis- je heureuse qu’il ai comprit.

C’est comme ça que tout a commencé. Mes sous-vêtements ont fini dispersés partout dans la maison. Son déodorant a été échangeait avec de la bombe a peinture verte … Les coups bas n’en finissaient pas. Ça faisait déjà 2 semaines. Jusqu’au jour ou j’eus l’idée de lui prendre son téléphone et d’envoyer de messages d’amour a ses copains. quand il s’en aperçut, on entendit mon nom a travers tout le pays.Il descendit précipitamment les escaliers. Je m’étais mis derrière la table par instinct protection, il vint se mettre a l’autre extrémité.

-Ça va te couter très cher croit moi.

-bah viens je t’attend, lui répondis-je le sourire au lèvres.

C’est à ce moments là que choisit Mel pour entré dans la pièce et lançait à l’intention de Wren,

-Sa faiblesse c’est les chatouilles!

Je déglutis. Elle venait de me trahir et de donner ma pire faiblesse a mon adversaire. Elle me fit un grand sourire en voyant mon air dégouté. Wren profita de me effets de surprise pour prendre l’avantage. Il s’élança après moi et me coinça dans le canapé. il était au dessus de moi de fait qu’il me bloquait avec ses jambes. Il me chatouilla si longtemps que j’en eu des crampes infernales et que je pleurais de rire. Quand il s’arrêta, je repris mon souffle, je ferma les yeux et en les rouvrant je vis le siens. C’était comme s’ils m’appelaient. Wren était là, a quatre pattes au dessus moi. J’étais allongé sous lui. j’avais des frissons a chaque fois que sa peau se frottait contre la mienne. Ses lèvres étaient a deux centimètres des miennes. Mais plus ses yeux m’absorbaient, plus j’avais l’impression que nos lèvres se rapprochaient. Je ne voulais plus bouger. Je voulais rester si proche de lui a jamais. Ses yeux enfouis dans les miens.

 

Chapitre 4 etghtrhryh-300x300

 

Chapitre 3

Classé dans : Non classé — 5 mai, 2013 @ 2:52

Après avoir ri, ri, et encore ri pour d’insignifiants détails venant de banals moments, nous sommes redescendu en se rappelant que l’on avait laissé ce pauvre Wren avec Robert car vu l’heure Alice était partie cuisiner. Robert devait être entrain de le cuisiner lui aussi mais d’une manière moins appétissante. Comme on l’avait quand Melinda et moi sommes descendus, ils étaient tout les deux, assis l’un en face de l’autre sur les canapés en cuir blanc du grand salon. C’était comme s’ils essayaient de lire en l’autre. un concours de regards, au premier qui baissera les yeux. C’est la première fois que je voyais quelqu’un soutenir le regard imposant de Robert. l’atmosphère était pesante, on aurait pu entendre une voler. je décida que ça devenait ennuyant de les regarder se défiaient alors je pris mon élan et sauta sur le canapé atterrissant sur le cuir froid en bousculant Robert. ce qui perturba nous 2 concurrents.

-Match nul, désolée mes enfants mais vous avez perdu.

Melinda explosa de rire. Il fallu une trentaine de seconde à Wren et à Robert pour comprendre se qui se passait. quand ils eurent reprit conscience dans notre monde Melinda vint s’assoir a coté de Wren. Robert se leva et alla a la cuisine voir se que préparait Alice. je toisa Wren avant de lui dire d’un air sérieux.

-Tu sais qu’il voudra sa revanche ? personne n’a jamais osé défier son orgueil. Tu viens de lui réveiller son instinct de compétition.

-Sans vouloir t’accuser c’est un peu de ta faute, dit il un sourire  narquois sur le visage, je te signale.

-MA faute ?!

-oui si tu n’avais pas été là, Mel ne m’aurait pas laissé tout seul et donc Robert et moi ne nous ne serions pas affronté.

je le regarda avec mon air à moitié outré, à moitié amuser avant de me tourner vers Mel et de lui dire:

- Ça y est je lui en ai trouvé un.

-Un quoi ?

- Un défaut. Il est provocateur. et pour information mon cher, dis-je en regardant Wren, tu est face à un adversaire trop fort pour toi. crois moi tu le regretterais.

Il souri, un sourire qui réchauffe le cœur. je plongea mais yeux dans les siens en essayant me faire paraitre forte mais tout de suite l’impression de vide revint. Je ne plus son sourire. Mais d’une certaine manière, je sentis son sourire disparaitre et ses yeux se remplir d’ incompréhension. Soudain me dégagea de son emprise pour me remettre a parler a Melinda en espérant que sa empêcherais de croisait les yeux de Wren. je ne comprenais pas pourquoi il avait cet effets là sur moi. C’était bizarre et agréable. Alice m’arracha a mes réflexions pour nous appelait a table.

Une fois sortie de table je partie a ma chambre déballer mes affaires.j’ai toujours aimé cette chambre au murs blanc et au objets crème. avec la porte en face du lit et a coté du bureau donnant sur ma salle de bain blanche, crème et fuchsia. Alice a toujours bon gouts pour la décoration.Je m’allongea sur le lit et ferma les yeux. Je vis ces yeux qui absorbaient le monde autours d’eux. je vis ce marron profond. je vis les sentiments que ces yeux reflétaient. Je vis ses yeux. Ceux de Wren. J’ouvris les yeux et me redressa en sursauts. Pourquoi étais-je tant frustrée par ses yeux, qu’avaient-ils de si profond pour m’absorber entièrement ? Mel entra dans ma chambre me sourie et s’assit sur le sofa crème d’en face.

- Alors ? Tu l’aime bien? demanda-t-elle  le plus sérieusement possible.

-Oui, il a l’air drôle. hésitante je lui posa la question qui me titillais, Il y a un truc dans ses yeux, c’est bizarre non ?

-Tien, c’est drôle  il m’a demandait pareil. Non je ne croit pas pourquoi ?

J’étais étonnée, il avait ressenti la même chose que moi.je ne savais pas ce que cela voulait dire mais je savais au fond de moi que ce n’était pas quelque chose a dire a Melinda. je lui cache très peu de choses, alors pourquoi ai-je le sentiment que  quelque qui concerne son copain ne devrait pas lui être révélé ?

-Non pour rien, c’est peut être parce que c’est la première fois qu’on se voit.

 

Chapitre 3 sg-300x206

 

 

 

 

Chapitre 2

Classé dans : Non classé — 5 mai, 2013 @ 11:03

Melinda ma tira par le bras pour que je la suive dans la chambre. Je décide de laissé ce sentiments étrange de coté, au fond de mon esprit. là ou je n’irais pas le chercher. Car bien que ce ne soit pas désagréable, je ne prévoyais rien de bon pour aller avec. Une fois arrivées dans la chambre elle pose mes valises, se retourne et me regarde avec cet éclaire d’excitation qu’elle a quand elle envie de me dire quelque chose mais qu’elle cherche la bonne formulation pour le dire. Elle sauta sur ce qui allait être mon pris coussin et s’exclama.

- Il est trop beau non ?!

-Si si il est pas mal.

- Tu rigole ou quoi ?! Il est trop canon, et si tu ajoute a son physique le « étudiant en 4em année de médecine » alors je clou tout le monde sur place. Aussi, tu sais que a ma fac y a cette conne de Hellène, Eh bah devine quoi ? sur ce coups là j’étais trop fière de moi. Si tu savais comment j’ai apprécié ce moment !

-Qu’est ce que tu lui a fais ?

- Je le ai présente Wren ! Si tu avais vu comment elle est tombée de haut cette conne! je l’ai cloué. Après elle a essayé de draguer Wren. Mais vu que je l’avais prévenu pour cette biatch, il l’a recalé direct ! Oh c’était trop bien !

-T’es vraiment trop fière de toi en plus !

-Et tu devrais l’être aussi !

- je le suis t’inquiète. Sinon quelques news ?

- Non pas trop. Et toi ? Comment était ta fin d’année ? Oh et avec Brian ça c’est passé comment ?

- Ma fin d’année était cool, il y a eu l’éternelle tradition des escaliers, mais je crois que cette année il y a eu encore plus de mauvaise notes jetaient dans ce couloir que les autres années. Et pour Brian n’en parlons pas, disons juste qu’il y a eu une grosse dispute qui a tout mit au claire et que c’est fini maintenant.

-Umm. au pire tu t’en fou de lui. nous on est dans la grande ville pour les deux mois d’été et tu vas avoir plein de mecs a tes pieds, alors autant que tu sois célibataire.

- et vu que je t’aurais pas dans la compétition ça va faire double ration pour moi!

On éclata de rire, ces fou rire qui m’avais manqué. Ma sœur et moi avons toujours eu un lien qui nous tenait l’une à l’autre, et malgré les disputes ou la distance on était quand même liées et proche. j’ai toujours quelque chose a lui dire et inversement. Elle est toujours là pour moi et inversement. Quand l’une pleure, l’autre la fait rire. quand l’une rit l’autre la fait pleurer et avoir des crampes. Et aujourd’hui je l’avais pour deux mois entier. j’allais en profiter même si je devais la partager avec Wren on serait ensemble, c’est ce qui compte.

 

Chapitre 2 rg-300x199

 

 

Chapitre 1

Classé dans : Non classé — 4 mai, 2013 @ 10:05

C’était le 3 juillet, c’était  le commencement d’un été promettant d’être chaud et beau.  Mon taxi vient de s’arrêté devant la grande maison au colonne blanche style « White House of Americain President », c’est la maison de mes grands parents, Robert et Alice. Ils vivent d’une manière qui les distingue des autres grands parents. Ils vivent de façon .. jeune. ils profitent ne sont pas gâteux et on des avis qui ne vont pas avec leur age et leur génération. Alice et douce, compréhensive et a toujours quelque chose a dire sur tout mais jamais de manière négative, elle voit le bon coté de tout et juge elle même si il faut le mettre en avant ou pas. Robert est plutôt protecteur, brusque, drôle et très buté même s’il sait admettre ses tords on a toujours du mal a lui faire comprendre que ce n’est pas toujours comme il semble le pensait mais cependant il pourrait vous parler comme s’il avait 20ans alors qu’il en a un soixantaine. Je vais passer tout l’été chez eux, ma grande sœur Melinda y est aussi pour tout l’été, elle et moi avons toujours été très complice même si on ne se voit plus beaucoup depuis qu’elle est partie a sa fac de droit. Cette année je trouverais dans cette maison un nouveau gars, Wren le chéri de ma sœur. Elle m’en a beaucoup parlé depuis les 8mois qu’ils sont ensemble mais je ne l’avais jamais vu. Il est en 4 ou 5 em année de médecine. Un docteur, exactement le genre de Melinda. Même si elle sait s’amuser elle choisit toujours ,inconsciemment, ses copains avec un certain sentiment non fondé de sécurité. Elle a toujours eu des avocats, des médecins, des copains dans ce genre là. Elle ne sortirait jamais avec un journaliste a moins qu’elle ne change ou que ce soit vraiment le grand amour. parce qu’elle s’imagine que avec une médecin ou un avocat, elle aura de la stabilité, elle se sentiras toujours plus en sécurité, elle aura moins peur de l’imprévu, de l’aventure, elle fera de tout quelque chose de prévisible. mais a chaque fois au bout de 1ans ou 2 elle se rencontre que l’aventurier du garçon était juste caché, et qu’il va commencer a faire surface. c’est a ce moments là généralement qu’elle plaque ses petits amis. espérons juste que Wren ne se montrera pas trop imprévisible.

Ça fait du bien de revoir cette grande porte de bois vernis. Comme d’habitude, la petite sonnette bleu sur le coté retentit dans tout la maison et même dehors jusqu’à ce que quelqu’un ouvre. Alice n’a pas vieillit, elle et toujours aussi bien habillé dans ses tenues de lin ou de cachemire. Je la sers dans mes bras et du coin de l’œille voit arriver Robert. Qui n’a pas perdu de la poigne, j’ai toujours mal au bras quand il le sert pour me soulever du sol. Soudain, j’entends des pas précipites, Melinda s’arrête devant l’escalier pour prendre le temps de s’assurer que c’est bien puis avec un grand sourire me sautait dans les bras.Comme a chaque fois que l’on se voit le câlin de 3minutes est exigé. j’aime sentir son parfum, il fait remonter tout ce que j’ai a lui dire. Cette année on ne dormira pas ensemble mais je sais déjà que nos soirée ne sont pas calmes. Au plus grand désespoir de Robert qui, au bout de 17ans, n’est toujours pas habitué au bavardage incessant que Melinda et moi aimons tellement. je suis presque sure qu’il a espérer que la présence de Wren arrangerait ça. c’est là que Wren est arrivé, grand, brun au yeux marron. Il portait un short blanc au carreaux beige, un t-shirt blanc avec marque « This is a man » en chocolat. Il était a tombé, Melinda a toujours eu bon gout. Il avait des yeux enveloppent qui me donner une impression étrange mais agréable. Il dut attendre que ma sœur et moi on se lâche pour pouvoir me dire bonjour. On s’inspecta mutuellement jusqu’à se que nos regards se croisèrent. J’étais comme bloquée sur ses yeux. Je ne me détachée pas de son regard, j’eus l’impression que l’on se regardait déjà depuis 10minutes jusqu’à se que Melinda me tira par le bras pour que l’on monte.

 

Chapitre 1 rge-300x300

 

personnage

Classé dans : Non classé — 4 mai, 2013 @ 8:50

personnage perso-300x216 Emma 17 ans – Wren 22ans – Melinda 22ans -

Prologue

Classé dans : Non classé — 4 mai, 2013 @ 6:30

C’est le genre de dégâts que l’on lit dans les livres, que l’on voit dans les films mais que l’on ne veut jamais croire qu’il peuvent exister. les dégâts inévitables. les dégâts que font l’amour. Il peuvent surgir dans le moment le plus inattendu. Emma n’a que 17ans. Mélodie en a 22. et Wren a 22 aussi. Ils sont jeunes et inconscients. Juste amoureux. Juste heureux d’être là. lls sont juste de dégâts inévitables de l’amour

 

Concourslecture2013 |
Papillonsdevie |
Clochette78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Laplumealamain
| Anotretemps
| Poeme05